Cendrillon

Publié le par Oriane

Cendrillon n'est que le surnom de l'héroïne, dérivé du fait qu'elle se repose dans la cendre une fois son travail fini. On ignore son nom réel. Elle a un second surnom, celui de Cucendron, qu'une précieuse aurait banni mais que Charles Perrault choisit pour mieux souligner la vulgarité de Javotte (la belle-sœur ainée).

Ces deux surnoms sont dérivés du mot cendre, qui a toujours été symbole d'humiliation et de pénitence : la Bible et l'Odyssée font mention de Jérémie se roulant dans les cendres et Ulysse assis dessus. Quant aux pères de l'Église, ils nous montrent les pénitents se couvrant la tête de cendres ou vivant dans la cendre. Le surnom de Cendrillon vient d'un amalgame entre les mots cendre et souillon. Dans un conte chinois similaire du IXe siècle, la jeune fille se nomme Yè Xiàn. Ce nom se rapproche d'un point de vue phonétique de termes tels que aschen (allemand), asan (en sanskrit) ashes (anglais) et aescen (anglo-saxon) qui signifient cendre. Il s'agit donc toujours de la même histoire.

Mais ce seront essentiellement Charles Perrault en 1697 avec Cendrillon ou La Petite Pantoufle de verre et Jacob et Wilhelm Grimm, en 1812 avec Cendrillon qui auront permis au conte de se fixer sous la forme qu'on lui connait dans l'imaginaire collectif.

Néanmoins, son nom anglais Cinderella résulte d'une traduction « trop facile » de son nom original ; car contrairement à ce que cela pourrait laisser penser, la traduction anglaise exacte de « cendre » n'est pas cinder (qui signifie en fait « escarbille ») mais ash. L’Oxford English Dictionnary précise d'ailleurs que cinder n'a pas la même étymologie que ash. Une autre différence réside dans ce que désigne respectivement l'escarbille et la cendre : La cendre est une matière poussiéreuse et propre résultant d'une combustion complète, alors que l'escarbille est une matière solide et sale résultant d'une combustion incomplète.

Publié dans Contes

Commenter cet article