Conte marocain - Le père cruel

Publié le par Oriane

Il était une fois une femme mariée à un homme cruel. Dès qu'un bébé voyait le jour il l'égorgeait au grand désespoir de sa femme. Un jour, il partit pour un long voyage. Durant son absence son épouse mit au monde un garçon. Elle l'éleva deux années durant avec amour.
Quand elle apprit le retour de son mari, elle confia son fils à la voisine en lui faisant promettre de garder le secret. Cette dernière accepta avec joie.

L'enfant grandissait et avait coutume de jouer devant chez lui. Dès qu'il voyait l'homme apparaître, il lui disait : « Que le salut soit sur toi, ô mon père ». Intrigué, l'homme regardait, puis passait son chemin. Il en fut ainsi tous les jours. à la fin, excédé par cet état de fait, l'homme en fit part à sa femme.Il la chargea de dire à la voisine que si le garçon persistait à lui souhaiter la bienvenue et à l'appeler « père », il le tuerait.

Malgré la mise en garde de sa mère adoptive, l'enfant récidiva. L'homme entra dans une violente colère.
Craignant alors que son mari ne mette la menace à exécution, la vraie mère prit son fils sur son dos et abandonna son domicile. Elle marcha longtemps...

La nuit la surprit au bord de la mer. Elle avisa au loin une belle maison, s'en approcha et y pénétra. Un vrai château : elle trouva là un vieil ogre qui agonisait ; il avait dévoré tous les habitants... Un instant après il rendit l'âme ; la mère le traîna jusqu'au bord de l'eau et le poussa dans les flots.
Elle prit alors possession des lieux, et vécut heureuse avec son fils. Les années passèrent...

Le garçon s'était métamorphosé en un beau jeune homme. Sans cesse, il demandait des nouvelles de son père ; sa mère lui répondait évasivement. Elle ne voulait pas qu'il sache la vérité. Néanmoins il insista tant et si bien que sa mère finit par satisfaire sa curiosité. Elle sortit de la maison et lui déclara :
« Vois-tu ces champs qui s'étendent à perte de vue, ces gens qui y travaillent, ces bêtes qui y paissent ? Eh bien, toute cette contrée appartient à ton père : bêtes et gens ».

Emerveillé par cette nouvelle, le jeune homme interpelle les paysans occupés à ramasser du blé :
« Holà, braves gens qui travaillez chez mon père !... »

Les paysans levèrent la tête mais ne répondirent point. Le soir, quand ils virent leur maître, ils lui apprirent au'un jeune homme les avait appelés. Qui était-il ? Le maître se dit qu'il s'agissait certainement de son fils disparu avec sa mère quelques années plus tôt. Il dit aux paysans :
« Demain, s'il renouvelle son appel, répondez-lui. »

Le lendemain, quand le jeune homme les appela, ils levèrent la tête et répondirent en choeur :
« Nous t'écoutons !
Dites ceci à mon père : ma mère a abandonné avec moi le domicile conjugal, Dieu a veillé sur nous, elle m'a construit un château au bord de l'eau. »

Le soir donc, les paysans transmirent le message à leur maître. Ce dernier ne douta plus qu'il s'agissait en effet de son fils. Comment faire pour se débarasser de ce garçon dont il ne voulait pas entendre parler ?
Après mûre réflexion, il se tourna vers les paysans et leur dit :
« Demain, quand mon fils vous appellera, vous lui répondrez ceci :
puisque ta mère a abandonné son domicile, et qu'elle t'a construit un château au bord de l'eau, puisque Dieu a veillé sur vous, il te faudra pour le château des portes en bois d'ébène que tu iras chercher dans la montagne lointaine. Fais-le et prouve-moi que tu es un homme ! »

Le lendemain, quand l'homme apprit que son père le soumettait à une dure épreuve, il eut beaucoup de chagrin, il se confia à sa mère qui lui dit :
« Mon cher fils, ton père es un monstre, il veut se débarrasser de toi. Tu sais bien que le bois d'ébène est difficile à acquérir, la montagne recèle beaucoup de dangers.
Qu'à cela ne tienne ! Par Dieu, je prouverai à mon père que je suis un homme, je m'en vais. »

Il sella son cheval et prit le départ pour la montagne. Deux jours plus tard, il revint à la maison triomphant. Il monta les portes et fenêtres en bois d'ébène. Au matin suivant, il sortit et annonça aux paysans qu'il avait réussi dans son entreprise ; il les chargea d'avertir son père. Ce dernier, en apprenant la nouvelle, fut très étonné. « Mon fils est brave » se dit-il.
Il déclara aux paysans :
« Demain, vous direz ceci à mon fils : puique ta mère a abandonné le domicile conjugal et que Dieu a veillé sur vous, puisqu'elle t'a construit un château au bord de l'eau et que tu l'as doté des portes et fenêtres en bois d'ébène, il te faudra les peindre avec du lait de lionne. »

Le lendemain, quand le jeune homme apprit par les paysans que son père le soumettait à une seconde épreuve, il se mit à pleurer. Sa mère essaya de le consoler :
« Je te l'avais bien dit, ton père veut ta mort, il use de stratagèmes pour se débarrasser de toi.
Où pourrais-je trouver du lait de lionne ?
Il te sera difficile d'en avoir mon fils : les fauves te dévoreront. »

Après réflexion, le jeune homme alla trouver le vieux sage. Il lui raconta son histoire et lui demanda conseil. « C'est une difficile entreprise pour toi jeune homme. Il te sera difficile d'atteindre ton but. Néanmoins voilà ce que tu devras faire : achète une vache, égorge-la, puis coupe-la en morceaux de viande au pied d'un arbre. Cache-toi dans un coin et attends. »
Le jeune homme suivit à la lettre les conseils du vieux sage. Tapi dans un coin il attendait... Peu après, les fauves, attirés par l'odeur de la chair fraîche, s'approchèrent de l'arbre et se régalèrent. La lionne, repue, se détacha du groupe et dit à haute voix :
« Je jure par Dieu que je donnerai à l'auteur de cet acte généreux tout ce qu'il demandera, même si c'est du lait ».
A ces mots, le jeune homme sortit de sa cachette, il s'avança vers la lionne en disant :
« Justement c'est ce qui m'amène.
Hum ! si je n'avais pas prêté serment, je t'aurais dévoré ».

Elle se tourna, présenta ses mamelles au jeune homme. Il remplit alors une outre de lait et s'en retourna chez lui content. Sa mère fut heureuse de le revoir.

Le lendemain, dès que le soleil se leva, il sortit et annonça la nouvelle aux paysans. Ces derniers en avisèrent leur maître dès leur retour des champs.

A l'annonce de la nouvelle, le père resta muet de surprise. Néanmoins, il ne désarma pas ; il avait à proposer à son fils une épreuve plus ardue. Il déclara donc à ses ouvriers :
« Demain vous direz ceci à mon fils : Puisque ta mère a abandonné son domicile, et qu'elle t'a construit un château au bord de l'eau, puisque Dieu a veillé sur vous et que tu as doté le château des portes et fenêtres en bois d'ébène, puisque tu les as peintes avec du lait de lionne, il te faudra maintenant ramener chez toi la fille de l'empereur des ogres. »

Le lendemain, quand le message lui fut transmis, le jeune homme devint anxieux. Sa mère le dissuada d'entreprendre un long voyage pour satisfaire la volonté d'un père cruel. Sourd aux supplications de sa mère, le jeune homme sella son cheval et s'éloigna de chez lui au triple galop. Il voyagea trois jourd durant... Il arriva enfin dans un pays étranger et se renseigna auprès des habitants. L'un d'eux lui dit :
« Je sais où habite la fille de l'Empereur des Ogres mais je te déconseille d'y aller.
Pourquoi donc ?
La fille en question habite au septième étage d'un palais, elle est sous la garde de quatre-vingt-dix-neuf ogres. Ce sont ses frères et quiconque s'approche du palais met sa vie en danger.
Qu'à cela ne tienne, j'irai la retrouver ! »

Il acheta alors une vache, l'égorgea, puis la coupa en quatre-vingt-dix-neufs morceaux qu'il mit dans un sac, et il prit la direction du château. Il arriva à la nuit tombante. Il descendit de cheval et déposa les mor-ceaux de viande devant la porte. Les ogres, attirés par l'odeur de la chair fraîche, sortirent du château et se régalèrent. Repus, ils déclarèrent tous en choeur :
« Nous jurons par Dieu d'épargner la personne qui nous a permis de bien manger. En outre nous lui promettons tout ce qu'elle nous demandera même si c'est notre soeur. »

à ces mots, le jeune homme sortit de sa cachette et leur dit :
« Justement, c'est pour cela que je suis venu.
Hum, si nous n'avions pas prêté serment, nous t'aurions dévoré. Notre súur nous est aussi chère que la prunelle de nos yeux. Prends-la mais avant de partir, prends ceci. »

Ils découpèrent chacun à leur tour un morceau de leur peau et ils mirent tout cela dans un sac qu'ils tendirent au jeune homme en lui disant :
« Aussitôt que tu te sentiras en danger, tu jetteras les morceaux de peau dans le feu. »

Le jeune homme acquiesça, aida la jeune fille à monter en selle et disparut dans la nuit...

Après avoir longtemps galopé en compagnie de la fille de l'Empereur des Ogres, il arriva en vue de son château. Sa mère angoissée, l'attendait au seuil de la maison. Dès qu'elle le vit, elle se jeta dans ses bras en sanglotant. Le lendemain au lever du jour, le jeune homme annonça aux paysans qu'il avait réussi dans son entreprise et les pria d'aviser son père.

Quand ce dernier apprit la nouvelle, il entra dans une violente colère ; puisque son fils avait échappé à tous les dangers, il le tuerait lui-même : il chargea les paysans d'annoncer à son fils qu'il lui déclarait la guerre. Quand le jeune homme apprit la nouvelle, il fut consterné. à la joie de la veille, succéda la tristesse : la mère et son fils pleurèrent à chaudes larmes.

Le père regroupa tous les hommes valides des trois tribus de la région et leur distribua des armes. Ils encerclèrent le château et se préparèrent à l'attaque.

Stoïques, la mère et son fils s'en remirent à Dieu. La fille de l'Empereur des Ogres apparut alors, tenant entre ses mains le sac que lui avaient remis ses frères. Elle le jeta dans le feu et, un moment après, les ogres apparurent dans un nuage de fumée et de poussière. à la vue des ogres, les soldats prirent peur ; Le père du jeune homme était parmi eux, et pensa : « Mon fils est un homme véritable ! »

« Mère, dit le jeune homme, mon père t'a fait du mal, il faudrait qu'il soit châtié. Comment le reconnaître ?
C'est celui qui porte un burnous blanc et une calotte rouge » répondit la mère. Le jeune homme donna aux ogres l'ordre d'exterminer tous les soldats et de n'épargner que son père. Ce qui fut fait sur le champ.
Peu après, il invita son père à rentrer au château et demanda à sa mère de chauffer une grande bassine d'eau. Il lui présenta un beau costume en lui disant :
« Je veux que tu prennes un bain dans cette eau de jouvence, mais avant cela tu prononceras ces paroles : « ÔDieu tout puissant, débarrasse-moi de mes rides et cheveux blancs et redonne-moi l'ardeur de mes vingt ans. »

Lorsque l'eau devint bouillante, le père plongea dans la bassine tout en prononçant la formule magique. Le miracle ne se produisit pas. Le père mourut, brûlé vif, à la satisfaction du jeune homme et de sa mère qui furent ainsi vengés...

Voilà, mon histoire a suivi le lit de l'oued
Je l'ai racontée à des fils de seigneurs
A moi, que Dieu pardonne
quant aux chacals, qu'il leur en cuise

Publié dans Contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article