Daisy

Publié le par Oriane

Daisy Duck est un personnage de fiction de l'univers des canards créé par les studios Disney. Contrepoint féminin et petite amie de Donald Duck, elle apparaît pour la première fois dans le dessin animé Don Donald en 1937 sous le nom de Donna Duck. Ce n'est qu'en 1940 dans L'Entreprenant M. Duck (Mr. Duck Steps Out) qu'elle acquiert son nom définitif.

Certains considèrent que Donna et Daisy sont deux personnages différents du fait que Carl Barks a fait de Donna la sœur de Daisy dans une bande dessinée en 1953 (ce qui explique leur ressemblance). Cependant, comme Don Donald constitue - à priori - la seule apparition cinématographique de Donna Duck, on peut penser qu'il s'agit bien d'une ébauche de Daisy, tout comme des ébauches de Pluto et de Dingo apparues avant de recevoir leur nom définitif.  

Bien qu'ils portent le même nom de famille, Daisy et Donald n'ont pas de lien de parenté proche d'après l'arbre généalogique établi par Don Rosa en 1993. En revanche, elle a trois nièces, Lili, Lulu et Zizi, créées par Carl Barks en février 1953, filles de sa sœur Donna.

Dans les années 1970, Daisy endosse une tenue de super-héroïne et devient Fantomialde (Paperinika en VO).

Historique

1937 : Donna Duck
L'histoire de Daisy débute avec celle de Donna Duck dans le court-métrage d'animation Don Donald (1937). Dans ce film réalisé par Ben Sharpsteen, Donald courtise une cane quelque part au Mexique mais malgré ses efforts elle le repousse et part finalement sur un monocycle. Ce film est le premier dans lequel Donald éprouve de l'intérêt pour le sexe féminin. Donna Duck précède également Daisy en bandes dessinées. Sa première apparition se fait dans l'histoire courte "Don Donald" publiée dans le magazine Good Housekeeping en janvier 1937 et dessinée par Tom Wood, chef du département publicité des studios Disney de 1933 à 1940. Elle réapparaît dans une série d'histoires courtes du Mickey Mouse Weekly entre le 15 mai et le 21 août 1937, dessinées par William A. Ward.

1940-1942 : Premières de Daisy Duck

Daisy apparaît sous son nom et son graphisme définitif le
7 juin 1940 dans L'Entreprenant M. Duck. Ce court métrage réalisé par Jack King sur un scénario de Carl Barks met en scène le premier rendez-vous galant de Donald avec sa fiancée. Au début, Daisy minaude et renvoie son visiteur. Mais Donald remarque que les plumes de sa queue l'invitent à rester. Leur romance est interrompue par Riri, Fifi et Loulou qui ont suivi leur oncle et rivalisent pour accaparer l'attention de Daisy. L'oncle et les neveux entament un jitterbug endiablé avec elle, chacun essayant d'évincer l'autre. Pour finir, les canetons font avaler à leur oncle du maïs qui, transformé en popcorn, transforme Donald - malgré lui - en danseur survolté au grand plaisir de Daisy, qui le couvre de baisers. Coté bande dessinée, Daisy fait son entrée le 4 novembre 1940 en tant que nouvelle voisine de Donald et flirt potentiel. La série est alors scénarisée par Bob Karp et illustrée par Al Taliaferro.

Daisy partage avec Donna, en plus du simple fait d'être des canes, un caractère proche de celui de Donald : on peut dire qu'elles ont du tempérament. Mais les ressemblances s'arrêtent là. La voix de Donna était une version plus aïgue de celle de Donald, toutes deux interprétées par Clarence Nash alors que Daisy sera dotée d'une voix "personnelle" assez rapidement.

Bien que la notion d'"idylle récurrente" soit fermement établie, Daisy n'apparaît pas aussi régulièrement que Donald. On la retrouve dans Donald à la kermesse (9 mai 1941), tentant de délester Donald de ses économies.

Dans The Nifty Nineties réalisé par Riley Thompson (20 juin 1941) et mettant en vedette Mickey et Minnie Mouse, elle ne fait qu'une brève apparition aux côtés de Donald, Riri, Fifi et Dingo dans un décor Belle Époque.

1943-1954 : Carrière dans les courts métrages

Sa première participation à une histoire longue en bande dessinée a lieu dans "The Mighty Trapper" dessinée par
Carl Barks et publiée dans Walt Disney's Comics and Stories #36 en septembre 1943. Il faut attendre "Donald Tames His Temper" en janvier 1946 pour la retrouver. "Biceps Blues" (juin 1946) inaugure une nouvelle dimension dans la relation entre Donald et Daisy : la jalousie. Donald doit désormais redoubler d'efforts pour acquérir les qualités qui attirent Daisy chez les autres canards. Dans "Wintertime Wager" (janvier 1948), elle est la voix de la raison entre Donald et Gontran Bonheur, désormais sur les rangs lui aussi. Leur rivalité monte d'un cran dans "Donald's Love Letters" (décembre 1949) qui fixe le cadre de leur triangle amoureux.

Il faut attendre Donald amoureux (29 juin 1945) pour la retrouver dans un court métrage d'animation. Dans Cured Duck (26 octobre 1945), Daisy prouve qu'elle peut perdre son sang-froid tout comme Donald. Leur relation houleuse s'exprime également dans Donald's Double Trouble (28 juin 1946). Mais elle sait également faire preuve de compassion : dans Sleepy Time Donald (9 mai 1947), elle tente de sauver Donald atteint de somnambulisme et dans Donald's Dilemma (11 juillet 1947), d'une crise d'amnésie. Dans Donald's Dream Voice (21 mai 1948), elle l'encourage même à prendre des leçons de diction. Mais dans Crazy Over Daisy (24 mars 1950), elle prend la défense de Tic et Tac contre Donald.

En février 1953, dans Walt Disney's Comics and Stories #149 elle devient la tante des triplettes Lili, Lulu et Zizi dans l'histoire Donald piloufaciste !

Donald's Diary (5 mars 1954) constitue sa dernière apparition de l'"ère classique". Comme la plupart des personnages de Disney d'alors Daisy poursuit sa carrière en bandes dessinées.

1955-1983 : Carrière en bande dessinée

En
1973, le dessinateur italien Guido Martina fait de Daisy une super-héroïne : Fantomialde (Paperinika en VO), pendant féminin du Fantomiald incarné par Donald (Paperinik en VO). Elle collabore également ponctuellement avec Super-Dingo, Super-Gilbert et Super-Popop. Mais l'ascendant systématique de la super-cane sur le super-canard lors de leurs confrontations déplaît au public et le personnage est finalement abandonné (sauf au Brésil).

1983-1999 : Un début de renaissance

Elle est de retour en 1983 dans un long métrage d'animation Le Noël de Mickey dans le rôle d'Isabelle, l'ancienne fiancée d'Ebenezer Scrooge (joué par Balthazar Picsou). Elle fait également une apparition auprès des autres personnages Disney dans Qui veut la peau de Roger Rabbit en 1988.

Le 21 mai 1986, le français Claude Marin dessine le personnage de Daisy sous l'apparence d'un bébé pour la série Bébés Disney dont la publication a débuté dans le numéro 1769 du Journal de Mickey.

Si elle est curieusement absente de la série La Bande à Picsou, elle est en revanche la vedette de son spin-off, Couacs en vrac produit en 1996. Elle y incarne une cane libérée employée comme grand reporter pour une chaîne de télévision. Elle est également dotée d'un animal de compagnie, un iguane nommé « Knuckles ».

Depuis 1999 : un retour sur tous les fronts

A partir de 1999, Daisy voit sa présence se développer sur plusieurs supports. Cette année-là, un magazine à son nom est lancé aux Pays-Bas. Elle joue le rôle de la femme de Donald, l'assistant de Noé dans la section Pomp and Circumstance du long-métrage Fantasia 2000 ainsi que dans Mickey, il était une fois Noël (1999). On la retrouve également dans la série d'animation Mickey Mouse Works (1999-2000).

Parmi les film, Daisy apparaît à nouveau dans Mickey, il était deux fois Noël(2004) et Mickey, Donald, Dingo : Les 3 Mousquetaires (2004), coté séries télévisées dans Disney's tous en boîte (2001-2004) et La Maison de Mickey (2006-2007).

Elle est aussi présente dans le premier opus de la série de jeux vidéo Kingdom Hearts (2002), comme une comtesse résidant dans le Château Disney. Ses relations avec Donald restent identiques, principalement dans Kingdom Hearts II (2005) lorsqu'elle est vue en train de la réprimander.

Publié dans Bande dessinée

Commenter cet article