La bande dessinée

Publié le par Oriane

La bande dessinée (appelée souvent par l'acronyme BD, ou bédé) est un art, souvent désigné comme le neuvième art d’après une série d’articles Neuvième Art, musée de la bande dessinée parue sous la signature de Morris dans le journal de Spirou. Cette classification a été reprise et popularisée par Francis Lacassin dans son livre Pour un neuvième art, la bande dessinée.



La bande dessinée (plus précisément "les" bandes dessinées) est aussi un medium, véhiculant le neuvième art et le matérialisant au travers d’un ensemble sémiotique et iconique défini. Il permet de raconter des histoires au moyen d’un enchaînement signifiant de dessins, « Actuellement, la bande dessinée constitue la principale application de l'art séquentiel au support papier » comme l’a clairement montré Will Eisner dans le premier ouvrage de sa trilogie Comics and Sequential Art.

             

Il est de coutume de distinguer « la » bande dessinée et « les » bandes dessinées. Cette distinction est mise en lumière par Francis Lacassin. « La » bande dessinée est le concept, c'est-à-dire l’Art – le 9e – et la technique permettant la réalisation de cet art. « Les » bandes dessinées sont les media par lesquels sont véhiculés cet art. Cela implique de donner une double définition, celle de la bande dessinée et celle du médium bande dessinée.

                               

Puisque la bande dessinée est un art, il existe deux grandes perceptions de cet art, donc de la bande dessinée. La première perception considère la bande dessinée comme un art mineur, la bande dessinée est de l’art. L'autre perception fait de la bande dessinée un art à part entière.




Si la bande dessinée est de l’art, il faut alors que cet art se rattache à toutes les formes picturales qui l’ont précédées. C’est la position de Scott McCloud. Cette façon de percevoir la Bande dessinée oblige à la replacer dans le grand courant artistique et culturel qui commence avec les premiers dessins, ceux de l’art pariétal , comme à la grotte de Lascaux, même si aujourd'hui un tel rapprochement est artificiel. A priori les spécialistes s'accordent sur le fait qu'il ne s'agit pas de suites de dessins. De plus, la qualité narrative de ces peintures reste à prouver, de nombreux archéologues, comme le professeur Aujoulat responsable du site, penchent pour une interprétation chamanique (les dessins auraient une fonction magique).


               

Il n'y a donc pas de raison de rattacher les peinture rupestres à la bande dessinée plutôt qu'aux autres arts graphiques au même titre que les bas reliefs des temples égyptiens, les codex précolombiens et les biblia pauperum du Moyen Âge. Il faut encore rajouter à cette liste : la Tapisserie de Bayeux, le Rouleau de Josée de la bibliothèque vaticane et les 182 collages de Max Ernst Une Semaine de bonté. Ces références artistiques ont toutes en commun la volonté de raconter une histoire comme le fait une bande dessinée ou encore les frises du Parthénon à Athènes, la colonne Trajane à Rome, les bas reliefs du temple d'Angkor au Cambodge.






« L'histoire de l'art ne pouvait donc pas reconnaître dans la dimension narrative de ces œuvres le critère d'une discipline autonome au sein des arts visuels. ». Cette vision d'un grand courant artistique qui parcours l’histoire de l’art pour donner ses lettres de noblesse à la bande dessinée est de moins en moins retenue depuis la mise en avant de la bande dessinée, neuvième art.

     mickey-fond-ecran20.gif

Dans ce deuxième cas, il faut évidemment définir en quoi la bande dessinée est "un" art, il ne suffit pas de l'affirmer. Là encore deux perceptions s’affrontent :

  • La bande dessinée est un art à la croisée de l’écriture littéraire et de l’écriture graphique. C’est la vision de l’inventeur de la bande dessinée Rodolphe Töpffer : « Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose de dessins autographiés au trait. Chacun des dessins est accompagné d'une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. ». Ce que R. Töpffer appellera « Littérature en estampes » dans son Essai de Physiognomonie et Will Eisner Sequential Art, « l’Art séquentiel»  ou Visual Narrative, « La Narration visuelle . 


                               
                                              
  • Si la bande dessinée n'est que graphique regroupant texte et dessin, le texte doit s’inscrire obligatoirement sous une forme graphique dans le dessin au sein d’une bulle : « la bande dessinée est une suite de dessins contant une histoire ; les personnages s’y expriment par des textes inscrits dans des bulles. » Henri Filippini. Cette définition rejette les auteurs de bandes dessinées appelées alors « histoires en images » comme les français J-P. Pinchon (Bécassine), Louis Forton (Les Pieds Nickelés et Bibi Fricotin), le néerlandais Marten Toonder (Tom Poes/Tom Pouce), les américains Rudolph Dirks (Katzenjammer Kids/Pim Pam Poum) et Gustave Verbeek (Upside-downs/Sans dessus-dessous). Cette définition rejette aussi, peut être moins catégoriquement, les bandes dessinées sans texte comme celles de l'américain Otto Soglow (Little King/Le Petit Roi) qui en 1975 ne comportaient toujours pas de texte.

                                                             
Les spécialistes de la bandes dessinée défendent avec de moins en moins de vigueur cette deuxième vision restrictive de la bande dessinée, même H. Filippini intègre tous les auteurs cités ci-dessus dans son Dictionnaire de la bande dessinée.

                    


Si la définition du concept de bande dessinée partage encore les critiques et les spécialistes de la bande dessinée, les amateurs de bandes dessinées n’ont aucune difficulté à définir dans la pratique le medium bande dessinée.

  • Bande dessinée : succession d'images organisées pour raconter une histoire et présentée de façons diverses (en planche, en illustré, en petit format, en album, etc.).
  • Histoire en images : distinction faite par certains spécialistes pour différencier les suites d'images organisées pour raconter une histoire mais dont le texte est disposé en récitatif sous les images. Se présente aussi sous diverses formes. C'est le cas des fameuses images d'Épinal de l'imagerie Pellerin.


Dans la pratique, il est arrivé aux deux genres de coexister chez le même auteur : pour des raisons de format et de qualité d'impression, Marten Toonder fut publié sous forme d'histoire en images dans la presse régionale française ainsi que dans le quotidien La Croix, mais en bande dessinée chez Artima. L'hebdomadaire pour la jeunesse Cœurs Vaillants imposa quelque temps à Hergé un format double (bande dessinée de Tintin en Amérique dont chaque case avait une légende sous-jacente), puis y renonça au soulagement du dessinateur.

                          

Publié dans Bande dessinée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article