Nouvel an chinois : 26 janvier 2009 année du boeuf

Publié le par Oriane

Le terme Nouvel An chinois crée souvent des mécontentements de la part des populations d'autres pays d'Asie qui célèbrent aussi cet évènement, tels que le Viet Nam, la Malaysie, la Corée du Sud ... En effet, l'attribut chinois risque de faire croire que cette fête est réservée uniquement au peuple chinois et donc ignore l'existence de ces pays. D'autant plus que les médias utilisent abondamment le terme Nouvel An chinois pour commenter cet évènement. Par ailleurs, il faut reconnaitre que les Orientaux ou Asiatiques n'utilisent jamais le terme de Nouvel An français ou Nouvel An italien pour désigner le Nouvel An occidental selon le calendrier grégorien. Par conséquent, par respect vis-à-vis d'eux, le terme le plus approprié est probablement Nouvel An du calendrier chinois.

Le calendrier chinois étant un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An chinois dans le calendrier grégorien varie d'une année sur l'autre, mais tombe toujours entre le 21 janvier et le 20 février. C’est, comme tous les commencements de mois lunaires chinois, le premier jour d'une nouvelle Lune. Par convention, l'alignement astronomique qui signale la nouvelle Lune est déterminé à l’observatoire de la Montagne Pourpre à Nankin.

Le Nouvel An est célébré officiellement en Chine (sept jours de congés) et à Taïwan (cinq jours), à Hong Kong et Macao (trois jours), ainsi que dans certains pays d’Asie où l’influence de la culture chinoise est importante, ou dont la population comprend une forte minorité de Chinois ethniques : Singapour et Malaisie (deux jours), Brunei et Indonésie (un jour), Viêt Nam (fête du Têt, trois jours, avec un jour de décalage avec la Chine tous les 22 ou 23 ans pour compenser le décalage horaire entre Pékin et Hanoï), Corée du Sud (fête de  Saehae, trois jours). Les congés du Nouvel An, qui peuvent être prolongés par un week-end ou un pont, sont une période de migration intense, car nombreux sont ceux qui s’efforcent de rejoindre leur famille, depuis l’étranger parfois : embouteillages sur les routes et encombrements dans les gares et les aéroports sont la règle.

Il est observé individuellement partout dans le monde par les membres de la diaspora chinoise, et parfois également par les Japonais (vieux premier mois ), les Miao, les Mongols, les Tibétains, les Népalais et les Bhoutanais.

Commenter cet article