Les personnages de la renaissance

Publié le par Oriane


                                             
.



Philippe VI est le fils de Charles de Valois et de Marguerite de Sicile. Il succède en 1328 (couronnement le 28 mai) au dernier des rois capétiens directs Charles IV le Bel son cousin, mort sans descendance, et qui l'avait désigné comme régent (en France les lignées étaient écartées du trône) . L'avènement de Philippe VI annonce le début de la dynastie des Valois.

  Philippe VI est préféré à Édouard III d'Angleterre (neveu de Charles IV le Bel) par le fait que sa mère, la reine Isabelle, étant femme ne pouvait être choisie pour le trône et ne pouvait donc transmettre ce droit à son fils. Cet incident sera la cause d'une querelle entre la France et l'Angleterre : la guerre de Cents Ans (qui dura en réalité de 1340 à 1453). Ses parents forment un couple particulier. Louise de Savoie est une femme intelligente, cultivée et volontaire. Charles d'Angoulême, plutôt bon vivant, est épris des textes de Boccace et se révèle un mari bien volage. Philippe VI sera sacré à Reims le 28 mai 1328 (voir l'image) lors de fêtes fastueuses malgré les hésitations du comte de Flandre, plutôt fidèle à la couronne d'Angleterre.

  Philippe VI engagera aussitôt une campagne en Flandre, remportant le siège de Cassel. Édouard III rendra un hommage forcé à Philippe VI par lettres patentes du 28 mars 1331. Philippe VI menait une vie fastueuse et dès le début de son règne les finances connurent des difficultés. Dès 1337, en une quinzaine d'années, la France, d'une nation prospère et rayonnante allait devenir un pays exsangue et au bord de la misère. Tout commença avec Robert d'Artois qui était en procès au sujet de la possession de son comté. Utilisant des faux réalisés par une intrigante, Philippe VI le déclara ennemi de la France et Robert d'Artois se réfugiera en Angleterre où il va devenir l'ami d'Édouard III et lui insufflera une haine de la France (Édouard III ne pardonnant pas l'hommage forcé qu'il avait dû faire). Au printemps 1337, des escarmouches eurent lieu en Bretagne et Robert d'Artois y sera mortellement blessé. Il fut enterré à la cathédrale Saint-Paul de Londres. Philippe VI, soucieux de succès militaires, prépara un débarquement en armant sa marine. Mais sa flotte fut totalement détruite en 1340 à la bataille de l'Écluse, sur les côtes belges. Sans flotte, les futurs combats se déroulèrent sur le sol, et Édouard III débarqua en Normandie après avoir opéré une diversion qui envoyait Philippe VI en Guyenne. Édouard III avança dans une région ouest sans défense jusqu'aux portes de Paris. Philippe VI se retrancha à Crécy en Picardie. Fort du sentiment d'invincibilité après Cassel, la chevalerie française s'engagea dans une bataille qui tourna au désastre. Philippe VI dût son salut au comte de Hainaut qui l'entraîna hors du champ de bataille. Édouard III mettra ensuite le siège devant Calais en 1347 où les bourgeois se rendront à ce dernier. Édouard III rentre triomphant en Angleterre. En 1348, un autre malheur s'abat sur la France : la Peste Noire qui tuera plusieurs millions de français (on dira jusqu'à la moitié de la population). Sa femme, Jeanne de Bourgogne, en mourra. Philippe VI reprendra cependant sa vie de fêtes, se mariant avec la très jeune Blanche d'Évreux (que devait épouser son fils). Philippe VI meurt dans la nuit du 22 au 23 août 1350 en l'abbaye de Coulombs à Nogent-le-Roi (peut-être de la peste) . Il demandera à son fils Jean de poursuivre sa cause contre l'Angleterre. Durant son règne le royaume de France s'agrandit avec la Champagne, la Brie, le Dauphiné et Montpellier. Cependant, du fait de ces nombreuses défaites, le prestige du royaume en ressort terni et la Peste Noire le dépeuplera et le ruinera. Philippe VI alourdira la fiscalité (les états généraux de langue d'Oc et d'Oïl n'acceptant que difficilement de nouveaux impôts) pour financer la guerre et accroîtra le rôle du parlement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article