Barack Obama, le retour de Cheval Fou

Publié le par Oriane

                                
John Fire est né en 1902 dans la tribu Sioux Minneconjou.
Alors âgé de 16 ans, John fire reçut la vision de son aïeul Tahca Ushte lors de sa Hamblechia. Cette épreuve consistait à rester quatre jours et quatre nuits au milieu de nulle part, avec une couverture pour simple vêtement, en attendant les visions. Au terme de sa Hamblechia, John fire reçu le nom de son aïeul Tahca Ushté, le cerf boiteux, et devint wicasa wakan, un homme médecine. Il échappa heureusement aux visons des éclairs qui auraient fait de lui un Heyoka, un clown sacré, un rôle que tous les Sioux redoutent.
Au bout de trente ans de pratiques, Tahca Ushté rencontra dans les années 1960 un journaliste de New York de nom de Richard Erdoes, et se lia d’amitié avec lui. Ensemble, ils décidèrent d’écrire un livre sur la culture Sioux à travers la vie mouvementé d’un homme médecine. Entre la réserve, le pensionnat forcé, l’égarement, l’alcoolisme, la prison, le retour aux racines et la spiritualité indiènne, Tahca Usté raconte la vie des indiens d’Amérique avec un humour amer.

Dans son livre « De mémoire indiènne », Tahca Ushte mentionne un fait intéressant, à savoir la croyance en la réincarnation chez les Sioux. Il nous confie qu’un couple s’étant aimé de manière fusionnelle peut renaître sous la forme de jumeaux. Aussi il relate ce que lui avait prédit un autre homme médecine « Un homme médecine m’avait dit un jour que Cheval fou reviendrait parmi nous sous la forme d’un noir, voilà qui serait bon ». En effet, une croyance voulait que l’illustre chef Sioux crazy horse reviendrait sous l’apparence d’un noir pour aider les indiens à retrouver leur dignité et rétablir l’harmonie entre les peuples. A l’époque, tout le monde pensait qu’il s’agissait de Martin Luther King.

Mais aujourd’hui, nous pouvons nous attarder sur le personnage peu commun de Barak Obama. En ces temps où les prophéties amérindiènnes sont en train de se réaliser, nous pouvons nous demander si la prédiction des anciens, le retour de Cheval fou sous la forme d’un homme noir, puissant et prônant l’harmonie entre les peuples n’est pas en train de devenir une réalité. En effet, Barak Obama semble éprouver un vif intérêt à aider les amérindiens à retrouver leur dignité, à améliorer leur condition de vie, à élire au sein du gouvernement des représentant amérindiens, et à laisser aux nations amérindiennes le libre droit de disposer de leur terre, de gérer leur quotas de pêche et de chasse.

Cheval fou est de retour parmi nous.


Florent
http://www.webzinemaker.com/expressionlibre

Commenter cet article